• Catégories
  • Publications récentes
  • Publications populaire
  • Mots-clés populaires

  • Calibrage automatique des couleurs

    , Directeur du marketing des produits, Appareils de production

    Si on me donnait un sou – d’accord, un dollar – chaque fois qu’un opérateur de presse numérique me demande à quelle fréquence il doit calibrer son appareil, je ne serais peut-être pas millionnaire, mais je remplacerais plus souvent mon habituel deux laits, deux sucres par un latté.

     

    Qu’entend-on par « calibrage »?

     

    Quand je parle de calibrage, je fais référence au processus de linéarisation, de mesure de la densité et de réglage de précision de l’imprimante pour répondre à une spécification donnée, comme G7. Nous serons tous d’accord pour dire qu’il faut calibrer les couleurs au moins une fois par jour, avant le lancement de la production. Toutefois, beaucoup d’imprimeurs soutiendront que le calibrage doit être répété durant la journée pour garantir l’uniformité des couleurs; d’autres sont tout simplement contraints, par les besoins de leurs clients ou des facteurs externes, de calibrer les couleurs à de multiples reprises. Les situations nécessitant un calibrage peuvent varier : le client exige une reproduction fidèle de la couleur, l’appareil a tendance à dériver en cours de journée ou de tirage, l’appareil est sensible aux facteurs environnementaux, comme la température et l’humidité, et j’en passe.

    Malgré la nécessité du calibrage, le processus est souvent gêné ou ralenti par la réalité de la salle de production – tirages urgents, horaire surchargé, capacités de l’opérateur, etc. –, ce qui entraîne des problèmes d’uniformité et de conformité.

    Autrement dit, le calibrage prend du temps, et le temps, c’est de l’argent. Il nécessite souvent de nombreuses longues étapes et ne peut être réalisé correctement qu’avec l’intervention et les connaissances d’un opérateur compétent.

     

    Un seul calibrage ne suffit pas?

     

    Vous vous demandez peut-être : « Si c’est si difficile, pourquoi devrais-je calibrer mon appareil plus souvent que nécessaire? » Eh bien, pour plusieurs raisons. Même s’ils n’exigent pas une reproduction parfaitement fidèle des couleurs, les clients habituels pourraient tout de même repérer des différences entre les documents que vous avez imprimés, et ainsi vous demander de reprendre une tâche pour uniformiser le tout. Non seulement vous décevrez le client, mais vous perdrez du temps et de l’argent à refaire le travail. Et certains habitués qui exigent des couleurs parfaites pourraient refuser un document jusqu’à ce qu’il soit totalement exact, vous faisant rater une échéance et possiblement perdre un client. Bref, sauter le calibrage peut avoir un effet direct sur votre chiffre d’affaires.

     

    Y a-t-il une solution?

     

    Heureusement, oui. Les fabricants de presses numériques ont uni leurs efforts dans les dernières années pour simplifier l’ensemble du processus de calibrage. Certains fabricants offrent un système hybride, qui nécessite une intervention modérée de l’opérateur. D’autres, un système entièrement automatisé, qui nécessite peu ou pas d’intervention. Les presses numériques offrant ce type de capacités sont dotées d’un spectrophotomètre ou de capteurs internes qui balaient continuellement les documents et transmettent l’information à l’appareil en temps réel. Celui de Konica Minolta, le module intelligent d’optimisation de la qualité IQ-501, exécute automatiquement la totalité du processus de calibrage; il suffit d’appuyer sur un bouton.

    En plus du calibrage initial, ces systèmes prennent souvent des relevés en cours de tirage pour garantir l’uniformité de la couleur d’une feuille à l’autre. Par exemple, le module IQ-501 balaie chaque feuille imprimée en boucle d’asservissement, fait tous les ajustements de couleur nécessaires à la volée, sans intervention de l’opérateur, et veille à ce que toutes les pages soient pratiquement identiques, de la première à la dernière.

    Par ailleurs, cette technologie s’est perfectionnée au point de faciliter le repérage avant-arrière des documents recto verso. Les capteurs sont à l’affût des problèmes d’alignement, d’inclinaison ou de rotation et transmettent instantanément l’information à la presse, qui apporte automatiquement les corrections nécessaires. Les opérateurs peuvent même voir les ajustements automatiques en temps réel durant le tirage.

    La prochaine fois que vous voudrez acheter ou mettre à niveau une presse numérique, n’oubliez pas de vous informer des options de calibrage automatique. Conçue pour vous faire économiser temps et argent, cette technologie garantira la satisfaction de vos clients en produisant des couleurs uniformes à tout coup.

     

    Adrian Wilkinson
    Directeur du marketing des produits, Appareils de production
    Adrian Wilkinson est responsable du marketing et de la gestion des produits dans la catégorie des imprimantes de production, des imprimantes grand format, des presses à étiquettes et des solutions logicielles connexes chez Konica Minolta. Il a dirigé plusieurs équipes de vente, de marketing et de soutien avant et après la vente en ayant pour objectif d’offrir un excellent service à la clientèle. L’hiver, il n’est pas rare de le voir sur les pistes de ski comme officiel de course bénévole, et l’été, avec un bâton de golf à la main.
    12 février 2019

    Impression de production